Amandine Bourgeois
Actualités

En tournée
Nouvel Album « OMNIA »  - Sortie été 2017
1er extrait « Tout est clair » disponible

Hormis le besoin d’écrire, désormais revendiqué, « l’envie d’être sur scène est toujours aussi forte ». Pour son plaisir, ou plus si affinités, Amandine apprend le saxophone, le piano… En live, Amandine sera entourée de ses musiciens. L’essentiel, donc, indispensable aux yeux de cet artiste qui n’a jamais eu besoin d’en faire trop pour briller, offrant une illustration sonore à ces jolis mots de René Char : « Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront. »

Sur scène, Amandine Bourgeois et ses musiciens. 1h30 de concert Live

L’Album
Amandine Bourgeois OMNIA
Nouvel album co-écrit, co-composé et réalisé par Mat Bastard
(ex-chanteur de Skip The Use)
Sortie été 2017
1er extrait « Tout est clair » disponible

 

En 2008, une chanteuse à la voix pleine de soul et à l’énergie contagieuse remporte La Nouvelle Star. Près de dix ans plus tard, elle revient avec un nouvel album, Omnia qui la révèle plus qu’elle ne l’a jamais été.
Depuis cette victoire, elle n’a pas chômé. Trois albums studios, des mois de tournée… En 2012, c’est la première rencontre avec Mat Bastard, sur le plateau de Taratata à l’occasion d’une fête de la musique : « un coup de foudre artistique mutuel ». S’ils gardent le contact et que Mat l’invite régulièrement aux concerts de Skip the Use, Amandine doit assurer l’Eurovision en 2013, puis sort un album de reprises, Au Masculin, en 2014. En 2016, elle chante dans le conte musical pour enfant Georgia, s’investit dans le lancement de l’application de dating Choozme, avec deux associés toulousains. Le principe : séduire grâce à une vidéo de 7 secondes. Internet ou pas, le contact visuel est important pour Amandine.
Entre temps, elle a réalisé, en rassemblant ses idées pour un nouveau disque, que ce dernier était trop crucial pour l’affronter seule. Même si elle sait ce qu’elle recherche : une authenticité sans concessions. « Mon parcours m’a servi, a nourri ma volonté de réussir et d’avancer coûte que coûte. »
Amandine appelle donc Mat Bastard, qui répond présent. Lui habitant à Los Angeles et elle à Paris, les deux artistes échangent par Whatsapp – la chanson « Tout est clair » naîtra directement de cette drôle de conversation à 10 heures de décalage. Ils s’écrivent aussi sous formes de poèmes, et, couplet après couplet, les titres de Omnia se construisent. Les mois passent, mais rien n’est urgent. « Dans une société où tout va vite, explique Amandine, j’ai voulu prendre le temps. » Leur dialogue devient musique, conjuguant l’amour de Mat Bastard pour le synthétique des années 80 et la passion pour le rock vintage d’Amandine, grande admiratrice de Janis Joplin ou de Nekfeu. On reconnaît là sa curiosité et son refus des contraintes génériques. Enregistrée dans les prestigieux studios ICP, à Bruxelles, cette pop plurielle témoigne du désir d’Amadine de lâcher prise : « On m’a connue chanteuse à voix, mais il s’agissait ici de revenir à l’essentiel. Je n’ai plus peur de l’avenir, de l’échec. Je me concentre uniquement sur le plaisir de la création, du partage, comme lorsque je suis sur scène, où seul compte l’instant présent. »
Album de la renaissance ? Non, plutôt de l’accomplissement. En une petite décennie, Amandine Bourgeois est restée fidèle à elle-même, tout en apprenant de ses erreurs, de ses échecs et de ses peines intimes. Le morceau « Signé ta petite fille » évoque la disparition du beau-père d’Amandine, son « papa de coeur », disparu brutalement la même année que son grand-père. Un double deuil exorcisé en écrivant sans répit – des mots qui se retrouvent dans cette collaboration avec Mat Bastard, mentor dont l’hédonisme n’est pas pour déplaire à Amandine. Ces dernières années, la chanteuse a pu réfléchir sur ce qu’elle voulait être. Elle a lu Simone de Beauvoir, Propos sur le bonheur d’Alain, elle a regardé Solange te
parle, elle ne veut toujours pas dissimuler ses défauts et, par là, montrer l’exemple. Le sex-appeal n’a jamais exigé une beauté parfaite : « À nous les femmes d’assumer ce que nous sommes, d’être sûres de nous », affirme Amandine. Au delà de cette revendication, il y a aussi un message plus universel : malgré les disparitions des proches et la distension du lien social, tout est encore possible. Cet album, Amandine le veut pétri d’espoir et d’amour. Un hymne à la joie qu’elle a longtemps cherché tout en la portant en elle-même. Amor Vincit Omnia : l'amour triomphe de tout.
S’y égrènent des morceaux qui, s’ils laissent pointer parfaitement la mélancolie, n’oublient pas leur légèreté. La musique adoucit les moeurs, après tout. « Tell me who you are » démontre à quel point l’amitié peut être aussi forte que l’amour ; « On ira voir la mer » confesse l’envie d’aller voir ailleurs, sous le soleil californien ; « Soyons des débutants » défend le droit de prendre des risques au nom de l’art ; « Signé ta petite fille » parle à la fois du deuil personnel d’Amandine et celui, universel, des attentats.


Vidéos